Radhasoami

10 06 2011

En direct du quartier communautaire de Soami Nagar, en live la Compagnie Creole, en fond sonore le ventilo : Indialog reprend les armes !

C’est bon pour le moral.

… Pas pour taper des articles. Allez, zou, Susheela Raman c’est vachement mieux.

Donc me voici dans une maison centenaire, ou s’entassent les pamphlets socialistes, la poussiere, l’electromenager et une grosse chatte*. Parce qu’ici c’est une « colony », comme on appelle tous les quartiers autonomes qui constellent le sud de Delhi ; mais c’est une colonie geree par une secte.

Ohla je vous vois rougir, libertaires laicistes ! Mais celle-la c’est une secte politique mon gros. Politico-philosophico-socialo-religieuse, donc en un mot politique. C’est une bande de gens plus ou moins eclaires qui se sont dit que croire a la fois en l’ecologie, le socialisme et Dieu, ca posait de petits problemes d’appartenance ; et qu’il valait mieux inventer un joli modele de vie bien a soi pour ne pas avoir a repondre aux inevitables questions « What religion ? What cast ? What the fuck ? »

Eckankar, politicien italien adepte des Radhasoami dans les annees 60

Leurs propres preceptes, a Soami Nagar, sont le genre de regles de bon sens qu’on essaie en vain de créer dans Black and White ou les Sims – pendant quelques heures – avant de decider que c’est bien plus marrant de tous les tuer en retirant l’echelle de la piscine.

Il y a l’aspect communautaire : les repas sont prepares par un centre qui  vous amene tous les jours un petit bento. Paie qui veut : si ca vous les brise de vous lever a 13h** pour recueillir le panier tous les jours, vamos, allez donc vous acheter ces œufs que le capitalisme a produits sur le dos de nos bons paysans ! You rightist.

Et puis il y a l’aspect moral, qui est en fait l’aspect socialiste-ecolo. Autour de moi, un petit apercu de la literature : « to save the Ganga think eco-systems », « Education for living creatively and peacefully », « Harvesting despair – Agrarian crisis in India », « Western philosophy and Indian feminism »…

Une micro-part de l'oeuvre

Dur dur de coller aux realites quand on vit dans un tel tourbillon de revolte maitrisee, de violence symbolique dopee au cafe importe. Alors on se met a peindre : sur les murs, sur le theme du village ; sur les murs des villages sur lesquels les paysans peignent eux-memes le village, et sur les murs de Delhi qui n’arrivent pas a imiter les villages, et sur les villages qu’on emmure pour les commonwealth games.

Toute cette creativite de loin ressemble a de grosses taches, mais maintenir la maison propre ne fait pas partie des preceptes. Tout s’ecroule joyeusement. Le toit, le frigo, les livres qui grignotent peu a peu l’espace vital en le couvrant de poussiere. La maison d’a cote fait aussi partie de Soami Nagar ; mais ceux-la ont dit Fuck de prrrecepts ! We will make Big money only. Leur maison fait 5 etages, ils ont un gardien prive et une mercedes.

 

*un chat, femelle, enceinte. Qui mange des lezards et devient folle parce qu’ils contiennent une substance toxique : comme quoi la drogue est partout.

**sommeil = f(chaleur). Sin(jour) = nuit, cos(nuit) = jour. D’où : DORMIIIR GHAAH

Publicités

Actions

Information

Lâche un comm dawg

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :