Empathie

8 11 2015

Si vous êtes déjà parti en Inde, et revenu, vous devez connaître ce syndrome : il semble que tout le monde* vous en parle comme s’il était payé par un journal à scandales ou par le 13 h de Jean-Pierre Penaud. 10 centimes l’insulte culturaliste, 1 € si un mot-clé de la marque Evil & Evelyn est placé, ça rapporte plus que les vidéos sur YouTube.

 

<subtilité> « En IIIInde ? Oh moi je n’aime pas, c’est un pays violent je trouve. Oui, c’est violent. Très violent. » « Ah oui, alors vous avez bien du courage parce que ça n’a pas l’air facile-facile là-bas ! » « Ben avec les castes et tout ça, c’est quand même dur non ? Les castes et tout ça, je veux dire. » « OFFFFF, L’INDE !! Mais la POLLUTION !! Le CANCER !! Le RACISME !! » « Ah ça oui, qu’est-ce qu’ils sont racistes là-bas il paraît. » « Non pis vous avez bien choisi vot’ pays vous ! Hah, l’Inde dites. »** </subtilité>

 

Imaginez deux secondes l’équivalent avec la France.

 

« Non mais gros, tu pars en France ?? Le pays le plus menacé par les attentats de l’EI de toute l’Europe quoi ?? » « Ah ouais, la France, c’est là où ya le gros bidonville près de Calais ? » « Rholala, bon courage pour ne pas mourir du cancer, tout le monde a des problèmes là-bas, il paraît que ça va avec les pays développés » « Et tu sais qu’en 2005 il y a eu une guerre civile ? Et que le sport national à Nouvel An c’est de brûler toutes les voitures ? » « Hhhh la France ! Là où que les mosquées brûlent, les maires s’achètent des blindés et les kebabs sont interdits ! »

 

Ce n’est pas que ça me pète le foie d’entendre ça trop souvent, mais un foie pour tous, qu’on se le dise : certes il n’est pas facile de travailler en Inde. Il n’est pas facile, de manière générale, de travailler ni d’être en Inde. C’est quand même moins dur que, par exemple, tenir en équilibre sur une tomate, manger 10 kilos de tofu puant ou faire un salto sur une moto. Or, nous sommes d’accord, le bon réflexe quand on parle de choses pas faciles, ce n’est probablement pas d’éclater le quota de clichés méchants pour bien ajouter la douleur à la douleur. Madam, madam, un peu de compassion ?

 

*Hormis les gens kisscoollove de votre entourage qui savent, parce qu’ils sont gentils.

**Citations de mémoire mais véridiques, hélas.

 

EDIT : j’ai écrit cet article il y a deux  mois, et je l’ai publié 5 jours avant les attentats du 13 novembre. Je ne pouvais pas savoir que bientôt tous mes amis indiens allaient me servir la même dose d’incompréhension mi-vénère mi-désinformée. Désolée pour ces phrases d’exemple qui sonnent tristement prémonitoires.

Publicités

Actions

Information

Lâche un comm dawg

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :