Les Chiens se Cachent pour Mourir

15 12 2015

Comme les éléphants, les chiens ont une longue mémoire, un œil sympa, des compétences de peintre et deux cornes d’ivoire, et ils se cachent pour mourir. J’ai pu observer ce phénomène de nombreuses fois en Inde, car il rare que quelqu’un se dévoue pour emmener de force un bâtard errant galeux chez le vétérinaire pour lui dire « au revoir Kiki, tu vas nous manquer le samedi soir quand on regardera Derrick sur le canapé ».

Ils ont peut-être juste peur que leur mort soit abrégée par un plus fort qu’eux, au moment où ils se savent agonisants et faibles. Ou bien par souci d’hygiène ils évitent de contaminer les autres. Ou peut-être qu’ils méditent vraiment sur leur fin prochaine et recherchent la sérénité par une sorte d’instinct de philosophe.

Dès qu’ils commencent à avoir de sérieuses plaques de gale ou de sérieuses blessures, ils s’isolent. J’ai vu plusieurs chiens se choisir une cage d’escalier, au dernier étage près du logement sur le toit qu’on appelle barsati parce qu’on ne l’utilise que pendant la mousson. J’en ai vu un autre qui avait carrément élaboré un chemin secret de caisses, de planches et d’escaliers pour accéder à un bout de toit infréquentable pour les humains. Et un autre sous une voiture abandonnée, pas très bien caché il faut l’avouer parce que judicieusement placé au milieu d’un carrefour*.

Là, il se développe un phénomène bizarre. Quand on entre dans ledit escalier/toit/dessous de voiture, avant même de voir le chien on sait tout de suite que ça sent la mort. Pourtant il n’est pas encore tout à fait mort. C’est peut-être un sixième sens lié à la survie, ou bien plus probablement le souvenir de l’odeur de tout ce qui est crasseux, inquiétant et en mauvaise santé.

À partir de ce stade, le chien refuse de manger ou boire et se laisse mourir. Il regarde les visiteurs avec une inquiétude terrible, seulement rassuré quand il voit qu’ils ne vont pas essayer de le déplacer. Et je me suis sérieusement demandé : dans la mesure où il ne peut plus guérir, faut-il abréger ses souffrances ou a-t-il choisi de mourir ainsi ?

Le jour où on communiquera avec les Médor du monde entier, j’aimerais bien saluer cette pudeur étonnante et leur faire un gros hug.

 

 

*Pourquoi y avait-il une voiture abandonnée au milieu du carrefour, demandez-vous ? Mh… La mer noire ?





Arme fatale 67

6 12 2015

#67 : l’adrénaline.

 

L’adrénaline soigne tout. Plus je teste cette hypothèse, plus ça se confirme. On a beau être par terre par 56*(Sinusite + Indigestion + Allergie + Déshydratation + Ampoules + Champis + Tendinite + Hernie)², ou toute autre combinaison mayo-ketchup de votre choix, ça marche. Dès qu’il faut réveiller l’instinct de survie, tout d’un coup le corps cesse de geindre et miraculeusement va mieux. (Moralité : pour votre prochain rhume, offrez-vous un saut à l’élastique)





ATM Ta Mère

30 11 2015

Il est passé par ici, il repassera par là ! Qui ça ? Ton argent. Aux dernières nouvelles on l’a vu dans un compte douteux ouvert par M. Francis-François Gupta au Bihar, dans une ville de 12 habitants dont 10 ingénieurs informaticiens (et leurs 2 amis virtuels). Il avait l’air heureux.

Si tu veux le récupérer, tente ta chance au grand jeu des ATM ! Pour 1-Attente, 2-Tentative de retrait, 3-eh Merde. Attention, il y a plusieurs cartes malchance…

 

OUT OF ORDER LOL : un gentil petit écriteau à la main te dit « oui c’est la 5e fois ce mois-ci, mais c’est cassé, voilà, tant pis pour vous. N’oubliez pas de prier et d’acheter notre produit d’épargne en attendant. » Il y a quand même un homme armé à côté pour garder la machine cassée, des fois que quelqu’un irait impunément la réparer.

 

YOU BEEN HACKED SISTERFUCKER : haha, trop tard ! La procédure se passe bien et la borne te dit « au revoir frérot » comme si de rien n’était, mais en réalité le cash n’est pas sorti. Toi seul le sait. Ta banque ne le sait pas. Ta banque ne te croit pas. En conséquence, on ne sait pas trop, mais probablement que quelqu’un en Inde a récupéré une jolie commission, et toi tu ne reverras jamais ton flouze.

 

T’AS PAS D’ARGENT J’TE DIS : ben, t’as pas d’argent, donc ça ne marche pas. Ce qui est drôle c’est que les symptômes sont exactement les mêmes que pour le piratage : il n’y a pas de message d’erreur, donc tu ne sais pas trop si tu dois faire opposition en poussant une gueulante ou t’excuser platement auprès des Dieux du Budget Déficitaire…

 

TU M’AS PRIS POUR CRESUS : cette fois, c’est l’ATM qui n’a plus de sous ! Le pauvre petit a des fins de mois difficiles, et quand tous les ATM d’à côté sont cassés, tout le monde le sollicite… Il en résulte une chaîne de dominos des ATM pourris, qui peut occuper une belle journée si vous manquez d’activités DIY du dimanche.

 

ERROR 404 : pour le plaisir, quelqu’un s’est dit qu’il allait mettre le même message d’erreur en toutes occasions. A toi de déduire : c’est un ATM qui ne prend pas les cartes internationales ? Tu as un interdit bancaire ? Le montant est trop grand ? C’est ton plafond quotidien ? Quelqu’un t’a entendu insulter l’ATM ? Tu es mis sur écoute par les capitalistes ? Le logiciel de la banque a bugué ? Qu’importe, aucun de ces problèmes n’a de solution.

 





Just Chillin

18 11 2015
Chillin like a foxxy fox

Chillin like a foxxy fox

Chillin in da bag

Chillin in da bag

Chillin wid da gang

Chillin wid da gang

Chillin in da sun

Chillin in da sun

Chillin in... WTF?!

Chillin in… WTF?!





Shivakumar

17 11 2015

Shivakumar (prononcer « ShivkumAR ! » car il se fait tout le temps appeler en criant) dit qu’il a seize ans. Je n’en crois rien, car il fait 1m30 et n’a pas la moindre trace de poils, mais on ne peut pas savoir. Quand il est arrivé à l’école, c’est l’école qui a décidé de son âge et lui a donné un anniversaire, parce que ses parents n’ont pas gardé le compte des années depuis sa naissance.

Même s’il avait seize ans, ce serait un surdoué : il est en terminale. Il est en dominante « maths » et trace des angles avec une extrême application sur son papier millimétré, assis sur une natte dans la hutte d’argile et de bouse de vache de l’école. Son compas et son rapporteur, ses vêtements, son éducation, son logement, sa nourriture, tout vient de l’école qui est tenue par une ONG.

Shivakumar est vif, espiègle et dynamique. Il apprend les tabla (percussions), ce dont il tire une fierté sans bornes ainsi que des heures et des heures d’exercices par jour. Shivakumar ne fait pas les choses parce qu’on lui demande, mais parce qu’il le veut. Il fait d’abord croire, avec son air crâne et ses remarques sarcastiques, qu’il ne voudra pas ; mais il ne peut pas s’empêcher de trahir son enthousiasme, car il travaille d’arrache-pied et tout le monde le sait.

Sa voix est éraillée, son regard est moqueur, ses gestes nonchalants. C’est un boss qui n’a même pas besoin de montrer qu’il est un boss. Ses parents sont nomades, ils sont actuellement beaucoup trop loin pour qu’il les voie le week-end. Alors il traîne avec les plus grands, les seuls qui soient assez matures pour lui, et parmi les grands il choisit les jeunes loups, ceux qui fument en cachette et parlent de filles avec un air par en-dessous.

Shivakumar va aller à la fac l’année prochaine. Il aimerait bien continuer la musique, et ça se voit. Il ne vit que pour ça. Il est si passionné de tabla qu’il est prêt à sacrifier ses jours de congés pour faire encore plus de tabla, pendant que les autres jouent au kabaddi. Shivakumar ira sûrement très loin, et je crois qu’il le sait.





Douceur

15 11 2015

Parfois,

(Sans vouloir être romantique)

la vie est d’une grande beauté. On a beau s’empêtrer dans le plus grand chaos du monde, il y a toujours moyen de se rabattre sur les fondamentaux : on respire, même si l’air est pollué ; le soleil se couche, même si c’est derrière une décharge géante ; la forêt est là, même si elle abrite un campement de misère ; il y a des enfants, même s’ils sont tristes ; l’atmosphère de cette planète est adaptée à la vie humaine, et en fin de compte, c’est déjà pas rien. Il y a toujours moyen de déguster la douceur des choses.





Conseil de Vie

10 11 2015

On est toujours heureux des progrès de l’éducation. Ah, ce beau pays d’un milliard de gens qui apprennent à lire, à écrire, à vivre ! À compter, à faire du management, du commerce ! À fabriquer des fusées et des avions de chasse… À se méfier des MST… et des relations sexuelles en général… À ne jamais prononcer le mot « utérus »…… À respecter leurs aïeux et obéir à leurs maîtres…… À honorer une centaine de dieux chelous……… À haïr les musulmans………… Umh.

Voilà où on en est. Il n’aura pas fallu longtemps au parti ultra-conservateur et autocratique du BJP pour prouver qu’il était bien resté ultra-conservateur et autocratique malgré les affres du pouvoir. Voilà qui montre une grande force de caractère, car ces gens n’ont pas cédé à l’appel de la respectabilisation et ont gardé leurs valeurs morales même dans la gloire et la facilité !

Ils ont sorti un manuel scolaire*. Un manuel qui dit des choses, des choses, des choses comme je ne sais même pas adjectiver. Il déclare, je cite, que :

  • « It is the waste products which largely produce the flavor of meat. »
  • « To get married without a bad name is a dream of every young girl. »
  • « [Non-vegetarians] easily cheat, tell lies, they forget promises, they are dishonest and tell bad words, steal, fight and turn to violence and commit sex crimes. »

Oui oui. Cesse donc de faire l’innocent et lâche cette knacki qui te change en monstre social à ton insu ! Je ne veux rien dire, mais DSK, par exemple, il mangeait de la viande.

Le plus drôle, c’est que le modèle préconisé par le manuel est la cuisine japonaise, lisez « poisson-poisson-poisson-bœuf-bœuf-porc-poisson-œuf ». Car, c’est bien connu, les Japonais ont tout réussi dans la vie grâce au soja** :

« They are vegetarians and live longer than most other peoples. The generous use of green leafy vegetables, soya beans and grams has helped the people to maintain vigour, strength and endurance throughout the centuries. »

 

L'ancienne édition : c'est cool d'aller à la piscine et de manger des fruits.

L’ancienne édition : c’est cool d’aller à la piscine et de manger des fruits.

 

La nouvelle édition : oh non, finalement c'est mieux de prier, et aussi de prier.

La nouvelle édition : oh non, finalement c’est mieux de prier, et aussi de prier.

 

*New Healthway: Health, Hygiene, Physiology, Safety, Sex Education, Games and Exercises, destiné aux classes 6, c’est-à-dire notre 6e.

**Certains végétaliens-sans-gluten-sans-lactose extrémistes n’étant pas loin de penser la même chose, je les invite à proposer leur expertise au Ministère indien qui sera très heureux de compléter ainsi sa propagande sur la Journée Mondiale du Yoga (car le yoga rend également centenaire).





Delhi Metro

9 11 2015
Passif-aggressif.

Passif-aggressif.





Empathie

8 11 2015

Si vous êtes déjà parti en Inde, et revenu, vous devez connaître ce syndrome : il semble que tout le monde* vous en parle comme s’il était payé par un journal à scandales ou par le 13 h de Jean-Pierre Penaud. 10 centimes l’insulte culturaliste, 1 € si un mot-clé de la marque Evil & Evelyn est placé, ça rapporte plus que les vidéos sur YouTube.

 

<subtilité> « En IIIInde ? Oh moi je n’aime pas, c’est un pays violent je trouve. Oui, c’est violent. Très violent. » « Ah oui, alors vous avez bien du courage parce que ça n’a pas l’air facile-facile là-bas ! » « Ben avec les castes et tout ça, c’est quand même dur non ? Les castes et tout ça, je veux dire. » « OFFFFF, L’INDE !! Mais la POLLUTION !! Le CANCER !! Le RACISME !! » « Ah ça oui, qu’est-ce qu’ils sont racistes là-bas il paraît. » « Non pis vous avez bien choisi vot’ pays vous ! Hah, l’Inde dites. »** </subtilité>

 

Imaginez deux secondes l’équivalent avec la France.

 

« Non mais gros, tu pars en France ?? Le pays le plus menacé par les attentats de l’EI de toute l’Europe quoi ?? » « Ah ouais, la France, c’est là où ya le gros bidonville près de Calais ? » « Rholala, bon courage pour ne pas mourir du cancer, tout le monde a des problèmes là-bas, il paraît que ça va avec les pays développés » « Et tu sais qu’en 2005 il y a eu une guerre civile ? Et que le sport national à Nouvel An c’est de brûler toutes les voitures ? » « Hhhh la France ! Là où que les mosquées brûlent, les maires s’achètent des blindés et les kebabs sont interdits ! »

 

Ce n’est pas que ça me pète le foie d’entendre ça trop souvent, mais un foie pour tous, qu’on se le dise : certes il n’est pas facile de travailler en Inde. Il n’est pas facile, de manière générale, de travailler ni d’être en Inde. C’est quand même moins dur que, par exemple, tenir en équilibre sur une tomate, manger 10 kilos de tofu puant ou faire un salto sur une moto. Or, nous sommes d’accord, le bon réflexe quand on parle de choses pas faciles, ce n’est probablement pas d’éclater le quota de clichés méchants pour bien ajouter la douleur à la douleur. Madam, madam, un peu de compassion ?

 

*Hormis les gens kisscoollove de votre entourage qui savent, parce qu’ils sont gentils.

**Citations de mémoire mais véridiques, hélas.

 

EDIT : j’ai écrit cet article il y a deux  mois, et je l’ai publié 5 jours avant les attentats du 13 novembre. Je ne pouvais pas savoir que bientôt tous mes amis indiens allaient me servir la même dose d’incompréhension mi-vénère mi-désinformée. Désolée pour ces phrases d’exemple qui sonnent tristement prémonitoires.





DIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIE

5 11 2015

Pour une raison qui ne vous échappera pas totalement, il est beaucoup plus facile d’aimer la musique violente quand on est en Inde.

 

Si ça vous échappe quand même, comparez ces deux environnements :

Vous êtes entouré de milliers de personnes très serrées qui sentent la transpiration, les décibels font exploser vos tympans, on vous bouscule et on vous menace, vous vous faites très vite des amis, vous consommez des drogues, vous perdez sans doute beaucoup d’espérance de vie et vous vous sentez super vénère sans trop savoir pourquoi (vous êtes à un concert de death metal/trance/dubstep) ;

Vous êtes entouré de milliers de personnes très serrées qui sentent la transpiration, les décibels font exploser vos tympans, on vous bouscule et on vous menace, vous vous faites très vite des amis, vous consommez des drogues, vous perdez sans doute beaucoup d’espérance de vie et vous vous sentez super vénère sans trop savoir pourquoi (vous êtes en Inde).

 

Voici donc une petite playlist de la violence** et de la décadence qui vous aidera à passer d’agréables soirées au coin du feu de poubelle publique. Des classiques, et quelques trucs marrants.

 

**Psychologique. Les playlists de la violence-violence ne sont pas sponsorisées par MTV Deutsch.